Article Blog

Petit précis de ponctuation et autres règles typographiques de base

Introduction

Si l’orthographe n’est plus vraiment un problème avec tous les outils que nous utilisons de nos jours, messageries ou traitements de textes qui soulignent avec acharnement la moindre faute d’orthographe ou de grammaire, il demeure un parent pauvre dans nos écrits, tant professionnels que personnels.

Je veux bien entendu parler de la ponctuation.

Ces petits signes qui jalonnent nos phrases ont un vrai rôle pour la bonne compréhension d’un texte et doivent, en outre, être correctement écrits pour respecter les normes typographiques qui les régissent.

C’est ce que je vous propose de découvrir ou redécouvrir au travers de ce petit article. Voyage au pays de la ponctuation et de la typographie.

Définition 

Ponctuation vient du latin Punctum, « le point », d’où « Ponctuation ».

Wikipédia indique : « La ponctuation a pour but l’organisation de l’écrit grâce à un ensemble de signes graphiques. Elle a trois fonctions principales. Elle anime le texte en indiquant des faits de la langue orale, comme l’intonation ou les pauses de diverses longueurs (indications prosodiques). Elle marque les degrés de subordination entre les différents éléments du discours (rapports syntaxiques). Enfin elle précise le sens et définit les liens logiques entre ces éléments (informations sémantiques). Destinée à faciliter la compréhension du texte, elle est un élément essentiel de la communication écrite ».

En clair, la ponctuation ne doit pas être négligée si vous voulez donner à vos textes la qualité qu’ils méritent.

Les espaces

On ne peut pas parler de ponctuation et de typographie sans parler des espaces. Qu’elles soient sécables, justifiantes, fines ou insécables, ces petites pauses entre les mots sont bien plus que de simples séparateurs ; elles influencent la lisibilité, la clarté, et la fluidité du texte.

Petit point lexical : le terme « espace » est bel et bien féminin dans le monde de la typographie. En effet, le mot espace désignait autrefois la lamelle qui venait se loger entre les caractères de plomb pour séparer les mots à imprimer. 

L’espace normale ou justifiante

C’est l’espace standard, celle qui s’insère lorsque vous appuyez sur la barre du même nom de votre clavier. Sa taille n’est pas fixe et elle s’ajuste en fonction de la composition de la ligne. Sur un texte justifié, ça peut être assez laid parfois. 

Dans un texte imprimé, dont on veut soigner l’apparence et pour éviter que cette espace ne soit trop grande entre chaque mot, on utilise au sein des logiciels de mise en page des règles de césure qui coupent les mots lorsque c’est nécessaire, permettant ainsi de réduire les espaces disgracieuses. Mais c’est un sujet que nous n’ aborderons pas ici.

L’espace insécable

L’espace insécable est un caractère spécial qui permet d’éviter un saut de ligne entre deux éléments qui ne doivent pas être séparés. 

Par exemple, pour éviter qu’un signe de ponctuation double comme le point d’interrogation (?) ou le point d’exclamation (!) ne passe à la ligne suivante en étant séparé du mot qui précède, il est nécessaire de placer une espace insécable. C’est un peu comme un point de colle. On s’en sert pour les signes de ponctuation double, les unités accolées à des chiffres, après les symboles ($, €, etc.).

Petite référence en ligne à consulter ici : lalanguefrancaise.com

L’espace fine insécable

Rarement utilisée par « le commun des mortels » car difficilement accessible sur les traitement de texte grand public 一 Microsoft Word par exemple ne permet pas une insertion aisée de cette espace 一 elle joue le même rôle que l’espace insécable, mais elle est un peu plus distinguée en quelque sorte.

Les puristes et les professionnels de la mise en page s’en servent avant les signes de ponctuation double (?, !, 😉 et les guillemets («  »).

Les insécables dans certains traitements de texte

Sur certains traitements de texte, à l’instar de Microsoft Word, l’ajout d’un signe de ponctuation double ou de guillemets sera immédiatement corrigé par le logiciel qui insérera une espace insécable avant ou après le signe de ponctuation. Pratique.

Le point .

Rôle

Il y a deux types de points. 

Le point final indique la fin de la phrase. Lorsque vous lisez un texte à l’oral, un point indique qu’il faut baisser d’intonation. Avant de reprendre la lecture, une pause d’une ou deux secondes est recommandée pour marquer le point.

Exemple : Ceci met un terme à la phrase.

Le point abréviatif, comme son nom l’indique, est utilisé dans les abréviations comme : 

  • M. (Monsieur), 
  • etc., (et cetera), 
  • ex. (exemple).

Règle typographique 

Le point final est collé à la fin du dernier mot de la phrase et toujours suivi d’une espace justifiante et d’une lettre majuscule. 

Le point abréviatif est lui aussi collé au mot qui précède, suivi d’une espace insécable le plus souvent comme dans l’exemple M. Dupond. En plaçant une insécable entre M. et Dupond, on s’assure que les deux éléments resteront solidaires.

Lorsque le point abréviatif est utilisé en fin de phrase, il se confond avec le point final et les points de suspension

Il aime toutes sortes de fruits : les pommes, les poires, les fraises, etc.

La virgule

La virgule s’utilise à l’intérieur d’une phrase et implique une pause brève, sans changement de l’intonation. Elle permet de faciliter la lecture et elle est utilisée dans un nombre important de structures de phrases. Grâce à la virgule on peut placer des incises, détacher, juxtaposer et même effacer des éléments dans une phrase.

Effacer ? La virgule possèderait-elle des pouvoirs magiques ? Absolument ! Elle permet effectivement d’effacer des mots dans une phrase sans pour autant qu’on en perde le sens. Ainsi la phrase : Pierre préfère le jaune et Marie préfère le rouge, pourra être écrite de la façon suivante : Pierre préfère le jaune, Marie le rouge. Ici la virgule a permis d’effacer la répétition du verbe préfère, donnant plus de style à la phrase. On appelle également cette façon d’utiliser la virgule : une ellipse. 

On retrouve aussi des virgules dans les énumérations (voir les deux points).

Vous en voulez plus sur la virgule ? Tout ce qu’il faut savoir sur la virgule ici : Alloprof.

Règle typographique 

La virgule est toujours collée au mot qu’elle suit, sans espace. en revanche, elle sera toujours suivie d’une espace justifiante.

J’aime le chocolat, la vanille, la framboise et la fraise.

Le point virgule

Le point virgule s’utilise au milieu d’une phrase pour marquer une pause un peu plus longue que la virgule, sans changement d’intonation. Ce signe de ponctuation sépare des phrases dont le sens est étroitement lié. Il est également utilisé pour séparer les termes d’une énumération (c.f. les deux points).

Avec les phrases de plus en plus courtes, le point virgule a tendance à disparaître des écrits au profit de la simple virgule.

Règle typographique 

Idéalement, le point virgule (signe de ponctuation double) est précédé d’une espace fine insécable ou, à minima, d’une espace insécable. Il est suivi d’une espace justifiante et systématiquement d’une lettre minuscule (sauf si le mot qui suit est un nom propre).

Le point d’interrogation ?

Le point d’interrogation termine une phrase interrogative et remplace le point final.

L’intonation doit changer à l’oral.

Règle typographique 

Le point d’interrogation (signe de ponctuation double) est précédé d’une espace fine insécable ou à défaut d’une espace insécable. Il est suivi d’une espace justifiante.

Le point d’exclamation !

Le point d’exclamation témoigne d’une émotion forte. On l’utilise pour représenter la joie, la surprise, la colère, la peur, le dégoût, etc.

Il est placé en fin de phrase ou d’interjection et se confond avec le point final et implique une intonation montante.

Il est courant de voir ce signe de ponctuation doublé, voire triplé. C’est une utilisation tout aussi incorrecte qu’inutile. Quelle que soit la force de l’émotion retranscrite, un seul point d’exclamation suffit.

S’il est utilisé pour une interjection (Oh ! Ah !), il est suivi d’une minuscule. 

Anecdote : saviez vous que le point d’exclamation s’est aussi appelé Point d’admiration ? 

Règle typographique 

Le point d’exclamation (signe de ponctuation double) est précédé d’une espace fine insécable ou à défaut d’une espace insécable. Il est suivi d’une espace justifiante.

Le deux-points :

Les deux points introduisent une explication, une liste, une citation ou un exemple. Ils annoncent une suite logique, invitant le lecteur à se préparer à recevoir des informations complémentaires.

Règle typographique 

Il faut absolument éviter de mettre deux fois les deux points dans la même phrase.

Les deux points (signe de ponctuation double) est précédé d’une espace insécable fine, à défaut une espace insécable. Il est suivi d’une espace justifiante.

Le point (si j’ose) sur les listes à puces

Lorsque les deux points annoncent une liste à puces, certaines règles de ponctuation doivent être respectées mais il y a plusieurs écoles. Je vais me baser ici sur les recommandations du lexique des règles typographique en usage à l’imprimerie nationale.

Chaque ligne de la liste à puce doit se terminer par un point-virgule, à l’exception de la dernière qui se termine par un point. Si la liste à puces se subdivise, les lignes du second niveau se terminent par une virgule. Si les éléments de la liste terminent la phrase initiale, alors, chaque ligne débute par une minuscule.

J’aime : 

  • les fruits rouges ;
  • les légumes verts ;
  • les pâtes complètes.

Pour expliquer ceci, il faut imaginer l’énumération sur une seule ligne, ce qui donnerait : J’aime les fruits rouges, les légumes verts, les pâtes complètes.

À contrario, si chaque ligne de la liste est composée d’une phrase complète, elle doit alors démarrer par une capitale.

La qualité de ce plat dépend de sa préparation :

  • Choisissez une cocotte en terre cuite.
  • Utilisez une eau légèrement salée.
  • Ne faites pas bouillir l’eau : elle doit juste frémir.

Les points de suspension …

« Toujours par deux ils vont, ni plus ni moins, le maître et son apprenti ». Si vous avez reconnu l’auteur de cette célèbre phrase, je peux dire sans me tromper que nous sommes fan de la même saga. Dans le cas qui nous occupe, les points de suspension, la phrase correcte serait : toujours par TROIS ils vont, ni plus ni moins.

Les points de suspension créent un effet de suspension, d’inachèvement. Utilisés avec parcimonie, ils suggèrent une pensée en suspens, une hésitation ou un mystère.

On s’en sert pour ne pas écrire de grossièretés : « cet homme est comme un balai !  ». 

Utilisés entre crochets, il indiquent qu’un morceau d’une phrase manque. On s’en sert notamment pour enlever d’une longue citation des propos qui ne sont pas importants ou nécessaires pour comprendre l’idée générale d’une phrase.

« De toutes les idées saugrenues que vous avez eues, […], celle-ci est sans doute la plus loufoque ».

Règle typographique 

Les points de suspension sont collés au mot qui précède et sont suivis d’une espace sécable.

Lorsque les points de suspension achèvent une phrase, ils remplacent le point final.

Vous pouvez utiliser trois points standard pour faire un point de suspension mais certains logiciels remplacent automatiquement ces trois points par un caractère typographique unique représentant ces trois points légèrement plus serrés.

Les parenthèses ( )

On utilise les parenthèses lorsque l’on souhaite apporter une précision, un commentaire au sein d’une autre phrase. Évitez cependant de les utiliser trop souvent car cela casse le rythme de votre écrit et complexifie la lecture.

« Il était petit (et pas très gros non plus), le chat n’en a fait qu’une bouchée ».

Règle typographique 

Pour la parenthèse ouvrante, on place une espace justifiante avant et pas d’espace après. Pour la fermante, pas d’espace avant et une espace justifiante après.

Si le commentaire à l’intérieur des parenthèses forme une phrase complète, le point final est situé dans les parenthèses. Si le commentaire est une partie de la phrase complète alors le point final se situe en dehors des parenthèses.

« Cette analyse est fausse. (C’est ce qu’a affirmé le professeur.)  »

« Cette analyse est fausse (selon le professeur).  »

Les crochets [ ]

Les crochets sont utilisés pour ouvrir un nouveau commentaire à l’intérieur des parenthèses.

(Anatole France [1844-1924] a reçu le prix Nobel de littérature en 1921).

Règle typographique 

Pour le crochet ouvrant, on place une espace justifiante avant et pas d’espace après. Pour le crochet fermant, pas d’espace avant et une espace justifiante après.

Les guillemets « »

Les guillemets sont utilisés pour encadrer le texte d’une citation.

« Je sais que je ne sais rien » – Platon.

Lorsque l’on place une citation dans un texte, on se doit de respecter le-dit texte. Si vous souhaitez écourter la citation, vous devez l’indiquer à l’endroit de l’amputation avec des points de suspension encadrés de crochets.

« De tous les biens que nous recevons […] aucun ne nous fait plus de mal malgré tout que les amis, avec leur confiance en nous, leur espoir, leur attente » – G. Roy.

On peut aussi utiliser les guillemets pour encadrer un mot ou une expression utilisés de façon inhabituelle.

« dis moi, ce n’est pas « cool » ce que tu viens de faire ! ».

Dans un récit ou une narration, précédés des deux points pour un discours direct.

Il s’arrêta net et me dit : « tu as pensé à couper le gaz ? ».

La page wikipedia sur les guillemets, accrochez-vous il y a de la lecture !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillemet

Toujours dans un récit, si vous entamez la description ‘un dialogue, les guillemets ouvrants démarrent le dialogue et les fermants le clôturent. Entre les deux, il faut utiliser des tirets pour indiquer les différentes prises de parole.

« Qu’avez-vous fait de votre chien ?

— mon chien ?

— Oui ! Votre chien !

— Mais je n’ai pas de chien ! »

Concernant le point final, les règles sont les mêmes que pour les parenthèses.

Si le texte à l’intérieur des guillemets forme une phrase complète, le point final est situé dans les guillemets. Dans le cas contraire, le point sera placé à l’extérieur.

Les différents types de guillemets

En France, nous utilisons les guillemets à double chevrons «  ». Contrairement aux guillemets anglais, ils offrent l’avantage d’être plus visibles et plus différentiables (“”).

Règle typographique 

Le guillemet ouvrant est précédé d’une espace justifiante et il est suivi d’une espace insécable. À l’inverse, le guillemets fermant est précédé d’une espace insécable et suivi d’une espace justifiante. 

Le tiret –

Il y a trois types de tirets :

  • [ – ] Le tiret simple, également appelé trait d’union. On le trouve le plus souvent dans les mots composés.
  • [ – ] Le tiret moyen dont le nom correct typographique est Quart de cadratin, est utilisé pour les incises
  • [ — ] Le tiret long, nommé Cadratin, qui est utilisé dans les dialogues.

Dans un texte, le tiret peut faire office de parenthèse.

Les vaches – ces gros herbivores – consomment 60 litres d’eau par jour !

Les tirets servent également, comme on l’a vu plus haut, à indiquer le changement d’interlocuteur dans un dialogue : 

— Où vas-tu ?

— Ça ne te regarde pas !

Je vous invite à consulter cette page si vous voulez en savoir plus sur le tiret en typographie.

Règle typographique 

Une espace justifiante avant, une espace justifiante après. Attention cependant si le tiret arrive en fin de ligne et qu’il se trouve repoussé à la ligne suivante. Dans ce cas, il faudra utiliser une espace insécable.

Les majuscules, avec ou sans accentuation ?

Alors ici, il n’y a pas de débat. Comme le précise le dictionnaire de l’Académie française

«  […] en français, l’accent a pleine valeur orthographique. Son absence ralentit la lecture, fait hésiter sur la prononciation, et peut même induire en erreur. Il en va de même pour le tréma et la cédille.

On veille donc, en bonne typographie, à utiliser systématiquement les capitales accentuées, y compris la préposition À, comme le font bien sûr tous les dictionnaires, à commencer par le Dictionnaire de l’Académie française, ou les grammaires, comme Le Bon Usage de Grevisse, mais aussi l’Imprimerie nationale, la Bibliothèque de la Pléiade, etc. Quant aux textes manuscrits ou dactylographiés, il est évident que leurs auteurs, dans un souci de clarté et de correction, auraient tout intérêt à suivre également cette règle. »

Donc, accentuez vos majuscules ! 

Sur les ordinateurs Apple, ce n’est vraiment plus une difficulté ! Il suffit de rester appuyé sur la touche majuscule et la lettre désirée pour que le système d’exploitation vous propose toutes les possibilités d’accentuation.

Sur les ordinateurs Windows, c’est encore compliqué et il va falloir passer par des raccourcis clavier.

  • ALT+183 : À (à accent grave majuscule)
  • ALT+142 : Ä (ä tréma majuscule)
  • ALT+128 : Ç (ç cédille majuscule)
  • ALT+144 : É (é accent aigu majuscule)
  • ALT+212 : È (è accent grave majuscule)
  • ALT+0140 : Œ (oe collés)
  • ALT 153 :  Ö (o tréma)
  • ALT 233 : Ú (u accent aigu)
  • ALT 234 : Û (u accent circonflexe)
  • ALT 235 : Ù (u accent grave)
  • ALT 154 : Ü (u tréma)

Le Blog du modérateur offre sur cette page 70 raccourcis claviers pour insérer des caractères spéciaux dont les majuscules accentuées sur PC.

Quelques bonus !

Etc.

J’en parlais dans un de mes articles du Coin du bien parler

etc. est une abréviation de « Et cetera » ou « et cætera » qui signifiait, en latin médiéval, « et les autres choses ». Etc. n’est jamais suivi de 3 points de suspension mais d’un point unique abréviatif, qui se confond d’ailleurs avec le point final d’une phrase. Lorsque vous l’utilisez dans une énumération, il doit toujours être précédé d’une virgule.

« Ranger la chambre c’est : ranger le lit, ranger l’armoire, le bureau, etc. »

La virgule devant « et », bon ou pas bon ?

En réalité, tout dépend de la phrase. 

Si vous écrivez « Dominique, et Marie vont au cinéma », alors vous commettez une faute de ponctuation assez évidente.

La liaison entre les deux personnages est évidente et ici la virgule n’a pas sa place, ni à l’écrit, ni à l’oral.

Mais, imaginons maintenant que je veuille apporter une précision. Je pourrais utiliser des parenthèses : 

Dominique (la fille du boulanger) et Marie vont au cinéma.

Ou alors, utiliser une virgule avant le et de cette façon : 

Dominique, la fille du boulanger, et Marie, vont au cinéma..

Si je respecte ici la « règle » qui dit qu’il ne faut pas de virgule avant le et, mon lecteur pourrait être perturbé…

Dominique, la fille du boulanger et Marie, vont au cinéma. 

Ils sont 2 ou 3 à aller au cinéma finalement ?

Une manière simple est d’écouter la « musique » de votre phrase. Prononcez votre phrase à voix haute, sans doute découvrirez-vous vite l’erreur, si erreur il y a.

Il est d’usage de ne pas mettre de virgule avant un et s’il apparaît une ou deux fois dans une phrase mais la virgule s’impose si la conjonction apparaît plus de deux fois.

«  J’aimerais recevoir et le rapport de l’enquête et le questionnaire d’évaluation.. »

« J’aimerais recevoir et le rapport de l’enquête, et le questionnaire d’évaluation, et les données informatisées.  »

Ces deux exemples proviennent directement de cette page ou vous pourrez en apprendre plus sur le sujet.

Les espaces et la ponctuation

J’ai commencé cet article en parlant des espaces et c’est en parlant des espaces que je vais terminer ! 

Les américains ne placent pas d’espace avant les signes de ponctuation.

Ainsi aux USA, « Good Job!  » est correct mais en France « Bon travail! » ne l’est pas ! 

Voici un petit tableau récapitulatif qui reprend les règles d’usage des espaces avec les signes de ponctuation.

Tableau récapitulatif

Signe de ponctuationEspace avantEspace après
Point .pas dʼespaceespace justifiante
Virgule  ,pas dʼespaceespace justifiante
Point virgule   ; espace fine insécable*espace justifiante
Deux-points  :espace insécableespace justifiante
Point dʼinterrogation   ? espace fine insécable*espace justifiante
Point dʼexclamation  ! espace fine insécable*espace justifiante
Guillemet ouvrant  « espace justifianteespace insécable
Guillemet fermant  » espace insécableespace justifiante
Parenthèse ouvrante (espace justifiantepas dʼespace
Parenthèse ouvrante )pas dʼespaceespace justifiante
* à défaut une espace insécable fera l’affaire.

Quelques références : 

https://www.la-ponctuation.com/

https://www.alloprof.qc.ca/fr/eleves/bv/francais/la-ponctuation-f1158

https://www.typographie.images-en-france.fr/

https://dictionnaire.lerobert.com/guide/enumeration-quelles-sont-les-regles-de-ponctuation

https://usito.usherbrooke.ca/articles/aides_%C3%A0_la_r%C3%A9daction/LesPrincipalesR%C3%A8glesDEmploiDeLaPonctuation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *