You are currently viewing Acquit de conscience

Acquit de conscience

  • Post category:Kitcreanet / Le coin du bien parler
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Temps de lecture :3 min de lecture
  • Dernière modification de la publication :10 février 2024

Reçu par mail au bureau cette semaine :

Je lui ai laissé un message sur son répondeur, mais par acquis de conscience, je vais aussi lui envoyer un mail …

un collègue qui se reconnaitra…

Si vous avez vu le titre de ce billet, vous avez donc déjà constaté que l’orthographe n’est ici pas la même que dans la citation ci-dessus. Mais plus qu’une faute d’orthographe, on a affaire ici à une faute de sens, car en effet, si acquis et acquit se prononcent de façon identique, ce sont des homophones, ils ne veulent pas du tout dire la même chose !

Si on se livre à quelques recherches, on découvre rapidement que Acquit trouve ses racines dans le verbe acquitter. À l’origine, il évoquait ce qui garantit la vérité de ce que l’on dit, mais son sens s’est progressivement transformé pour désigner une reconnaissance écrite d’un paiement, comme l’indique l’Académie française.

Cette évolution sémantique nous conduit à l’expression familière par acquit de conscience, en usage depuis le XIXe siècle.

Quel est le sens exact de cette locution ? Faire quelques chose par acquit de conscience c’est s’assurer d’avoir accompli une tâche ou vérifié un fait pour avoir l’esprit tranquille.

Acquis, c’est le participe passé du verbe « acquérir » qui signifie obtenir.

Pour éviter le faux pas linguistique, souvenez-vous que dans par acquit de conscience, c’est acquit avec un t final qui convient. Cette orthographe correcte émane donc du verbe acquitter, pour dire que l’on s’acquitte d’une tâche pour apaiser notre conscience.

Laisser un commentaire