J’ai visité l’Atelier Musée de l’Imprimerie à Malesherbes

J’ai visité l’Atelier Musée de l’Imprimerie à Malesherbes

Bienvenue à l’AMI

Je souhaite vous faire partager cet immense plaisir que j’ai eu à visiter l’Atelier Musée de l’Imprimerie à Malesherbes. Que vous soyez fan de typographie, que l’imprimerie vous intéresse, ou que vous souhaitiez juste une idée de sortie sympa en famille, je ne peux que vous recommander chaudement la visite de ce musée qui vous offrira une mine de connaissances sur l’imprimerie sous toutes ses formes, de Gutenberg à nos jours !

Il y a tellement de choses à dire sur cet endroit que j’avoue ne pas savoir par où commencer.

À l’extérieur, le musée ressemble à un gigantesque hangar. La couleur grise des façades masque, encore pour quelques minutes, les innombrables secrets cachés dans le ventre de l’AMI. Cependant, un indice de belle taille placé en haut des marches de l’entrée informe le visiteur de l’univers qu’il s’apprête à découvrir. Un immense totem aux couleurs Cyan, Magenta, Jaune et Noir, les quatres couleurs utilisées en imprimerie, nous accueille et nous toise de toute sa hauteur. 

Dès le hall d’entrée, on est plongé dans un univers typographique où le caractère est Roi. Une imposante bibliothèque remplie de faux livres et d’objets hétéroclites trône sur le côté droit et nous attire irrésistiblement, comme si chacune des pages collées aux panneaux de bois ou sur la couverture des ouvrages factices voulaient, dès notre arrivée, nous raconter une histoire.

Parce que oui, comme il est indiqué dans cet endroit, l’imprimé est partout, tout autour de nous, toujours, et ces mots sans signification, ces livres factices, ces objets ornés de caractères collés, exercent immédiatement sur nous je ne sais quel pouvoir. On s’approche, on regarde, on se prend même à vouloir commencer à lire ce qui se trouve sur les éléments qui composent ce meuble dont la seule fonction est décorative.

Juste à côté de l’imposante bibliothèque se trouve l’accueil du musée,  tenu par deux employés zélés qui n’auront de cesse de vouloir vous accompagner dans votre découverte de l’endroit, avides de transmettre leurs savoirs, leurs anecdotes, impatients de nous faire partager leur passion et de nous raconter la fabuleuse histoire de l’imprimerie ainsi que la non moins fabuleuse histoire de ce musée pas comme les autres.

Juste avant de nous faire pénétrer dans le musée, nos hôtes nous informent que le musée est doté d’une salle à manger et d’un espace pique-nique extérieur ou nous pouvons déjeuner et que des plateaux repas peuvent être commandés dans un restaurant voisin. N’hésitez pas ! C’est très bon, d’un excellent rapport qualité prix et en plus, c’est livré dans une boîte très sympa dont je ne vous dirai rien mais que vous conserverez à coup sûr, comme tous les visiteurs du musée le font !

Gutenberg

À peine franchi la barrière symbolique entre le hall et la zone d’exposition, on tombe immédiatement nez à nez avec une magnifique reproduction de la presse de Gutenberg. Juste derrière, un pan de mur entier est dédié à raconter l’histoire de cet illustre personnage à qui nous devons l’invention de l’imprimerie moderne, à l’aide de ces fameux caractères mobiles d’imprimerie en plomb qui ont révolutionné la manière de fabriquer des livres.

Gutenberg a une histoire passionnante. Les historiens décortiquent tout ce qui concerne l’homme, et ce n’est pas chose facile car Johannes Gensfleish zur Laden dit Gutenberg (de son vrai nom) était un homme entouré de mystères. Tellement mystérieux que la majorité de ce que l’on sait de lui, de son travail, de son invention, ne provient pas d’ouvrages qu’il aurait écrits ou de notes qu’il aurait prises mais des ‘minutes’ des procès qui l’ont opposés à ses créanciers. Une histoire passionnante que je vous invite à découvrir, les ouvrages sont nombreux sur le sujet.

Juste à côté de la presse se trouve une grosse pile de fac-similés d’une page de la B42. La B42, c’est la Bible à 42 lignes un ouvrage des plus célèbres car c’est le premier livre connu imprimé en grand tirage par Gutenberg. N’oubliez pas de prendre votre exemplaire en partant, c’est gratuit et ce sera du plus bel effet sur le mur de votre bureau !

Une visite hyper riche 

Un peu plus loin sur la gauche, vous découvrirez un planisphère qui vous emmènera loin dans le passé, à la découverte des premières écritures.

Le scriptorium vous permettra de vous initier à la calligraphie tout en vous permettant de découvrir quelques pages noircies par les plus grands hommes de l’histoire de France (Victor Hugo, Jules Vernes, Apollinaire, etc.).

Savez-vous comment est fabriqué le papier ? Si la réponse est Non, rendez-vous au stand dédié à ce matériau omniprésent. Vous pourrez assister à la création d’une feuille de papier et apprendre une multitude de choses insoupçonnées quant à sa fabrication (savez-vous ce que c’est que le vélin ? Gutenberg pourrait vous en apprendre sur le rôle des veaux dans la création des parchemins haut de gamme…).

Le coin des typographes regorge de Casses et Cassetins et les milliers de caractères mobiles présentés (en plomb ou en bois) témoignent de la richesse et de l’histoire de la typographie. Nul doute que vous ne regarderez plus jamais une feuille imprimée de la même manière après avoir parcouru les allées de cette section ! 

Les monotypes, les linotypes, des noms évocateurs qui font frémir tous les amoureux de la typographie ! Saviez-vous que certaines machines du siècle dernier fondaient en temps réel les caractères d’imprimerie ? Si la monotype fondait des caractères individuels, la linotype quant à elle fondait des lignes entières, d’un seul tenant, ce qui permettait d’accélérer le travail de composition. La Linotype, c’est carrément une mini forge qui fonctionnait ultra rapidement et qui fournissait au typographe des lignes entières de caractères d’imprimerie pour former les lignes de ses publications. Vous pourrez admirer de nombreuses machines dans cette section. Elles sont endormies et vous ne pourrez pas les voir fonctionner mais la très riche documentation disponible permet d’imaginer avec beaucoup de précision l’ambiance qui devait régner dans les ateliers de composition.

La photocomposition est venue remplacer ces machines fondeuses de plomb et on peut voir quelques exemplaires trôner au milieu d’une vaste zone ou Jean Gabin et Bernard Blier, quelques minutes durant, feront irruption dans cette visite au pays des caractères pour nous faire revivre une séquence d’anthologie du Cave se Rebiffe.

Vous pourrez également découvrir la lithographie, un procédé découvert par hasard qui a donné lieu à de belles et grandes heures de l’art du XXe siècle. Des dessins à l’envers, d’une finesse et d’une qualité remarquables, qui permettent une impression reconnaissable entre mille et qui fut longtemps symbole de luxe et de raffinement. Des pierres, de l’eau, une impression… Je vous laisse découvrir.

Le musée offre également à nos regards de nombreux ouvrages rares qui témoignent des débuts de l’imprimerie, certes, mais également les premières éditions pour enfant, les premières BD, les premiers ouvrages scolaires et les premiers livres de vulgarisation. Une collection qu’il vous faudra contempler en plusieurs fois si vous voulez tout voir.

Savez-vous quels sont les 20 ouvrages les plus vendus dans le monde ? Allez, le premier c’est facile : la bible. Le n°20 c’est Millénium de Stieg Larson. Je vous laisse le soin d’aller découvrir quels sont les dix-huit autres ! 

Un petit passage chez Balzac qui, d’auteur est devenu imprimeur, sans grand succès, à tel point que la fin de sa vie ne suffira pas pour lui permettre de rembourser toutes ses dettes. 

Une très vaste étendue est consacrée au monde de la presse. Vous y découvrirez les premiers journaux, le rôle prépondérant de la presse et des imprimeurs, petits ou grands, durant la résistance et tout ce qui a fait que la presse est la presse. Journaux, revues, tout y passe, il faut plusieurs visites à l’AMI pour tout lire …

Les machines sont présentes partout dans le musée, et vous pourrez voir une machine offset en fonctionnement. Cette vénérable aïeule n’entraîne aucune feuille de papier durant cette démonstration mais lorsque le monstre de plusieurs tonnes se met en marche on ne peut qu’être impressionné par cette mécanique huilée et d’une précision redoutable.

Un petit passage par le stand qui parle de la couleur et les termes tels que trame, synthèse additive ou soustractive n’auront plus de secrets pour vous. À ce sujet, vous savez que la couleur n’existe pas ? Et vous savez pourquoi il n’y a pas de rose dans un arc-en-ciel ?

Et ce n’est pas fini, la flexographie, le clichage, la sérigraphie, autant de termes inconnus que vous découvrirez et qui témoignent du génie humain en matière d’imprimerie. Vous pourrez également découvrir les techniques de reliure et de restauration des livres anciens,  

Au détour d’un couloir, vous allez atterrir dans un immense auditorium. Et ne vous méprenez pas ! La multitude de livres qui font office de murs sont de vrais livres, fruits de donations, ils sont des milliers à remplir ces cloisons immenses et, selon le personnel du musée, ils en ont encore deux fois autant en réserve.

À la fin de la visite, après avoir accompli cette grande boucle durant laquelle vous n’aurez pas pu tout voir (et oui il va falloir revenir), vous pourrez aller vous offrir un petit souvenir à la boutique du musée. Attention, c’est un piège, on a vite envie de tout acheter ! L’objet à ne pas rater ? Un caractère d’imprimerie à votre initiale ! Ils sont nombreux de toutes tailles et disponibles en plusieurs fontes ! Un cadeau original, pour soi ou pour offrir.

Bref, vous l’avez compris, j’ai adoré cette visite. J’y retourne dès que possible quand la COVID aura décidé de nous fiche la paix ! L’entrée coûte 10€ et franchement c’est bien peu cher pour tout ce que vous découvrirez en visitant l’Atelier Musée de l’Imprimerie.

Allez le visiter, vous ne le regretterez pas !

Atelier Musée de l’Imprimerie – Malesherbes France

70, AVENUE DU GÉNÉRAL PATTON

MALESHERBES

45330 LE MALESHERBOIS

Site Internet : a-mi.fr

Tél. : +33 (0)2 38 33 22 67

Courriel : reservations@a-mi.fr

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, vous pouvez m’en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Laisser un commentaire